Tout commence avec Vincent

un artiste« un artiste » by Philippe L PhotoGraphy is licensed under CC BY-SA 2.0

Ce n’est un secret pour personne, si Auvers-sur-Oise est aujourd’hui la première destination touristique du Val d’Oise, elle le doit au néerlandais qui reste aujourd’hui le plus célèbre de l’histoire du jeune Royaume des Pays-Bas. Ce n’était certes pas son souhait, et relève de ce que l’on peut qualifier de destin tragique, mais en se faisant mettre en terre chez nous, Vincent Van Gogh a créé un lien éternel et indéfectible entre Auvers et l’autre Pays du Fromage.

C’est un fait bien établi, tout néerlandais qui se respecte se doit de venir, au moins une fois dans sa vie, se recueillir sur les tombes de Vincent et Theo. Dans le cadre de notre projet de rattachement nous militons d’ailleurs activement pour que tout ou partie de la famille royale néerlandaise vienne nous rendre visite, en particulier Sa Majesté Willem-Alexander, qui n’a pas encore fait le déplacement depuis son accession au trône en 2013. Nous ne lui en tenons bien entendu pas rigueur, ses obligations professionnelles et institutionnelles ne lui ayant probablement pas encore permis de libérer un créneau pour nous. Nous restons néanmoins confiants dans le fait de réussir à faire organiser ce voyage officiel à moyen terme, ce qui nous laisse le temps de peaufiner notre dossier avant de le soumettre au Roi.

En attendant le coup de projecteur extraordinaire que suscitera un voyage officiel, les dernières toiles de Vincent, parmi lesquelles se trouvent les plus fameuses de l’ensemble de son oeuvre, continuent de faire la renommée mondiale de notre ville, tout en l’associant de façon inextricable aux Pays-Bas, ce qui est une bonne chose au regard de nos ambitions. Il n’y a pas loin d’ici à ce qu’on entende des dialogues comme celui-ci :
« Attends, c’est où déjà qu’il est enterré Van Gogh?
– Ben à Auvers-sur-Oise, en Hollande, je crois.
»

En réalité si on veut être tout à fait précis et rattacher Auvers à une province néerlandaise, ce n’est pas à une des deux Hollande qu’il faudrait le faire, mais plutôt au Brabant-Septentrional auquel appartient la commune de Zundert, où est né notre cher Vincent (et à laquelle Auvers est actuellement jumelée). Quoique techniquement, il pourrait paraître plus opportun de devenir la quatrième Commune à Statut Particulier du pays (à l’exemple de Bonaire, Saint-Eustache et Saba). Ce qui pourrait encore se discuter puisque nous ne serions pas un territoire d’outre-mer, mais une exclave… Mais nous reviendrons sur ce sujet dans un prochain et passionnant article.

En attendant, vous l’aurez compris, sur le plan historique, on peut dater l’appartenance d’Auvers-sur-Oise au Royaume des Pays-Bas à une période précise, celle de la venue de notre cher Vincent sur nos terres. Si la France et les Pays-Bas étaient déjà liés sur le plan historique, le XXe siècle, en particulier sa seconde moitié, aura été celui d’un rapprochement continu, qui s’est matérialisé avec la lente construction de l’Union Européenne. Faire passer une ville d’un pays à l’autre n’irait pas à l’encontre du sens de l’Histoire, puisque nos nations sont à présent liées de façon durable et pacifique. Raison pour laquelle nous faisons le vœu, pour un avenir meilleur et comme l’aurait à coup sûr voulu notre cher Vincent, de devenir au plus tôt un territoire néerlandais.

Et comme on dira bientôt chez nous: « Je weet nooit hoe een koe en haas vangt »

PRA